Prévenir & Guérir


PREVENIR

Il est évident que la prévention passe par l’éradication de cette tradition nuisible et obsolète, que ce soit dans les pays où cette pratique est traditionnelle ou dans les pays d’immigration. Une telle éradication passe certainement par de vastes programmes d’éducation et d’information mais aussi par la mise en place de son interdiction accompagnée de sanctions efficaces.

Si de telles démarches nécessitent la mise en œuvres d’efforts à des échelons élevés (gouvernements, ONG et organismes similaires) les efforts de tout un chacun peuvent être contributifs.

Informez vous et parlez en autour de vous ! Votre contribution est précieuse..

GUERIR
Les complications immédiates nécessitent bien entendu une prise en charge médicale immédiate adéquate, même si en pratique cette possibilité fait en général défaut : Hospitalisation en urgence pour l’hémorragie, antibiothérapie pour les infections, prise en charge psychiatrique pour prendre en charge le syndrome traumatique.

Les femmes souffrant de complications tardives seront plus fréquemment à même de pouvoir rencontrer un milieu médical spécialisé.

Les fibroses et sténoses cicatricielles sont généralement assez aisément corrigées par des interventions simples.

Les anomalies anatomiques, dues à la mutilation, peuvent bénéficier de corrections réparatrices le plus souvent assez simples.

La réparation de la mutilation clitoridienne peut être corrigée par une clitoroplastie. Celle-ci n’apporte pas seulement un rétablissement de l’anatomie mais également une importante amélioration psychologique et sexuelle, dans le plus grand nombre de cas traités.

La prise en charge obstétricale, notamment des femmes infibulées, nécessite un milieu bien informé. Les demandes de réinfibulation après l’accouchement posent des problèmes éthiques délicats à gérer.

La prise en charge psycho-sexuelle et psycho-traumatologique nécessitent des spécialistes bien informés des particularités tant des femmes mutilées que de leurs milieux culturels spécifiques.
Dans le cadre scolaire et médico-social des pays d’immigration, il est important de connaître le risque potentiel de mutilation encouru par ces fillettes, également lors de voyages de retour (pour des vacances par exemple) dans leur pays d’origine.